L'évolution

Photo Henri Queuille A la création du musée, la fonction de conservateur est assurée bénévolement par Marcel Barbanceys, médaillé de la Résistance et passionné d’histoire. Il est secondé par son épouse, Suzanne Barbanceys, médaillée de la Résistance, et par Jean Chastrusse, Conservateur adjoint et professeur d'Histoire.

La gestion et l'animation du musée est du ressort d'une association.

Elle comprend des déportés et des résistants issus de diverses organisations. Le Président de cette association est, statutairement, le Maire de Neuvic en exercice.

Les réseaux relationnels du Conservateur et des membres de l'association permettent aux animateurs du musée de collecter une quantité importante d'objets et de documents. Ces éléments complètent alors les archives personnelles du Président Queuille, propriétés du musée, et dont l'inventaire a été publié en 1989 par les Archives Nationales.

En 1995, Marcel Barbanceys cède sa place de conservateur à un jeune retraité, fils de résistant et érudit de l'histoire locale, Marcel Lavaur. Ce dernier s'attache à diversifier les activités afin de sensibiliser et d’intéresser les nouvelles générations à l’histoire contemporaine.

En 1999, une convention signée entre le Conseil général de la Corrèze et l'association gestionnaire permet, grâce à une aide financière reconduite annuellement, d'assurer la pérennité du musée.

En 2008, le Département réalise d’importants travaux de rénovation et d’agrandissement.

En 2009, l'association transfère au Département de la Corrèze la gestion du musée.

Photo de la terrasse du musée Henri Queuille